Historique

8-214-dEZMassicotte-recadré
Fond Édouard-Zotique Massicotte 8-214-dEZ Massicotte Collection numérique de Blibliothèque et archives nationales du Québec

 

Un peu d’histoire 

L’édifice Georges-Vanier a été construit en 1904 selon les plans des architectes Joseph Cajetan Dufort (1868-1936) et Alphonse Piché (1874-1938). Diplômé du Massachusetts Institute of Technology de Boston, Joseph Cajetan est également l’architecte qui a conçu le Family Theatre, aujourd’hui connu sous le nom de théâtre Corona.

8-151-aFondEZMassicotte
Fond É-Z Massicotte 8-151-aFondEZMassicotte

L’édifice a d’abord abrité l’Hôtel de Ville de Sainte-Cunégonde. Il regroupait alors sous un même toit plusieurs services municipaux tels qu’un poste de police (où travailla notamment Louis Cyr), une caserne de pompiers, un bureau de poste, les bureaux administratifs de la ville ainsi que la bibliothèque publique. Une bibliothèque bien par-
ticulière puisqu’elle est la toute première bibliothèque publique francophone du Canada!

Autrefois appelé Centre Workman, l’édifice changea de nom en 1985 en l’honneur de monsieur Georges Vanier (1888-1967), avocat de formation, militaire et diplomate, natif du quartier, ainsi que premier gouverneur général de langue française du Canada de 1959 à 1967.

georges vanier
Georges Vanier

En plus d’accueillir le Centre culturel Georges-Vanier, l’édifice loge la Bibliothèque Georges-Vanier. En 2004, pour célébrer le centenaire du bâtiment, l’édifice Georges Vanier fut rénové et une œuvre d’art public intitulée À la croisée des mots fut inaugurée devant l’entrée principale. Cette sculpture en acier et en aluminium est l’œuvre de madame Lucie Duval.

1. Source : Propriétés municipales d’intérêt patrimonial, Ville de Montréal.
2. Photographies de Georges Vanier. Bibliothèque et Archives Canada et Bilan du siècle, Université de SherbrookeAuteur: Inconnu. Commanditaire: Karsh, Ottawa.

 » Dans ce quadrillage urbain, depuis plus de 100 ans, un patchwork culturel Lucie duvaldétonnant : francophone, anglophone, noirs, blancs et plus récemment des asiatiques. Toujours en mouvance, ce quartier singulier continue de changer et de s’organiser. L’oeuvre proposée pour l’édifice Georges-Vanier se veut à l’image de ce mélange social. Tourbillon de cultures. Une forme «libre» comme une musique de jazz. Forme en volute, volubile, repérable depuis les rues Workman.  »

Lucie Duval

 

L’avènement du Centre culturel Georges-Vanier

 

À la suite des rénovations en 2004, l’Association Culturelle du Sud-Ouest (ACSO) devient le premier gestionnaire de l’édifice, un rôle repris par la suite par l’organisme Voies Parallèles en janvier 2009.

Encouragé par l’arrondissement du Sud-Ouest, en accord avec l’organisme Voies Parallèles, le Centre culturel Georges-Vanier fut incorporé le 13 juillet 2011. À l’occasion de la réunion de fondation, le 20 octobre 2011, cinq représentants ont été élus par les citoyens.

Au cours de son histoire, le Centre culturel Georges-Vanier a su se démarquer par sa contribution culturelle importante, non seulement à l’arrondissement du Sud-Ouest, mais également à l’ensemble de la métropole. La participation du Centre culturel Georges-Vanier à l’événement Nuit Blanche de Montréal en lumière en 2011, 2013 et 2014 a attiré un large public, tout comme lors des activités tenues dans le cadre des Journées de la culture. Depuis trois ans, le Centre culturel Georges-Vanier accueille également les spectacles d’ouverture du Festival Folk sur le Canal. Enfin, l’événement Jazz dans la Bourgogne présenté en collaboration avec Catbird production à l’été 2013, restera sans doute marqué dans les esprits ayant remporté un franc succès.